Tout savoir sur le reste à charge zéro en mutuelle santé

reste a charge zero

Depuis 2019, toute personne bénéficiant d’une mutuelle responsable n’a plus de reste à charge à payer sur certains soins. Quel est son fonctionnement, et comment en bénéficier, la découvrez la réponse dans cet article.

➜ Réalisez des Économies grâce à notre Comparateur de Mutuelle et Assurance Santé !

Le fonctionnement du reste à charge zéro

Le reste à charge zéro permet à une personne de ne plus avoir de reste à charge à payer. Désormais, les remboursements se font grâce à la Sécurité sociale et à la complémentaire santé, ou mutuelle. Ce dispositif 100 % santé a été mis en place afin d’ouvrir l’accès aux soins à tous. Les soins concernés par le reste à charge zéro sont : dentaires, optiques et auditifs. Ils doivent toutefois faire partie du panier 100 % santé. Si ce n’est pas le cas, vous devrez payer une partie du reste à charge. Les autres paniers proposent des soins plus complets mais plus coûteux.

Comment bénéficier du reste à charge zéro ?

Pour pouvoir bénéficier du reste à charge zéro, une personne doit avoir choisi un contrat responsable avec sa mutuelle. Ce contrat établit au préalable les soins qui seront couverts intégralement par la complémentaire santé. Pour qu’un contrat soit responsable, il doit comprendre trois éléments : le dispositif 100 % santé, le remboursement intégral du ticket modérateur et la prise en charge du forfait journalier hospitalier.

Bien souvent, le contrat responsable est proposé par une mutuelle comme offre de base. Il est à noter que la complémentaire santé ne prend pas en compte l’état de santé ni l’âge d’une personne lorsqu’elle souhaite souscrire à ce contrat. Le reste à charge zéro est compatible avec la CSS, la complémentaire santé solidaire, ainsi que la mutuelle d’entreprise.

A lire aussi :  Comment souscrire à la complémentaire santé Maif ?

Le reste à charge zéro optique

Grâce au reste à charge zéro optique, les lunettes de vue sont remboursées intégralement par la mutuelle. Pour cela, l’assuré doit présenter l’ordonnance de l’ophtalmologue à l’opticien. Celui-ci doit réaliser un devis adapté à l’offre 100 % santé. Il est tenu de présenter au moins 17 montures pour un adulte, 10 montures pour un enfant ainsi que des verres adaptés à tous les problèmes de vue de la personne. Ils doivent être amincis et avoir un traitement anti-reflets et anti-rayures.

Si le remboursement des lunettes se fait intégralement, ce n’est pas le cas des lentilles des contacts. L’assuré peut également choisir des montures ou des verres au tarif libre. Cela signifie que la personne devra s’acquitter des frais supplémentaires en-dehors du reste zéro à charge.

Le reste à charge zéro dentaire

Pour faire face au coût élevé des frais dentaires, plusieurs soins font désormais partie du dispositif reste à charge zéro comme les bridges, les couronnes et les dentiers. Selon la couverture de la mutuelle, le reste à charge zéro peut s’adapter à d’autres paniers que le panier 100 % santé. Le dentiste est chargé de réaliser un devis indiquant les clauses du reste à charge.

Le reste à charge zéro audition

Les équipements auditifs se distinguent en deux catégories. En effet, certains sont remboursés en intégralité par la sécurité sociale et la mutuelle tandis que d’autres n’ont un remboursement que partiel. Pour bénéficier du reste à charge zéro, l’assuré doit donc choisir les équipements dont les remboursements se font en totalité. Ceux-ci doivent contenir plusieurs éléments pour les rendre efficaces au quotidien selon les besoins de la personne comme la connectivité sans fil, le réducteur d’acouphène ou de bruit de vent par exemple.

Pour bénéficier du reste à charge zéro, il est nécessaire de donner à un audioprothésiste l’ordonnance prescrite par le médecin. Il est tenu de présenter un devis afin de décrire les équipements des prothèses auditives.

A lire aussi :  Quel courtier en assurance santé choisir ?

Le poids du reste à charge zéro sur la complémentaire santé

Le reste à charge zéro est particulièrement avantageux puisqu’il permet de rendre accessible à un plus grand nombre des soins coûteux. Pour autant, pour palier cela, beaucoup de complémentaires ont décidé d’augmenter les frais de cotisation pour limiter le manque à gagner. Selon les dernières estimations de l’année 2021, ces frais ont augmenté de 2,6 %.

➜ Réalisez des Économies grâce à notre Comparateur de Mutuelle et Assurance Santé !

Amandine Carpentier

Partages :